La législation luxembourgeoise

La législation luxembourgeoise (Loi du 15 juillet 2011 visant l'accès aux qualifications scolaires et professionnelles des élèves à besoins éducatifs particuliers) prévoit des aménagements raisonnables pour les élèves à besoins éducatifs particuliers et la création d’une Commission des aménagements raisonnables (CAR) dont les missions sont bien définies. (cf. document annexé)

Le Grand-Duché de Luxembourg a également signé la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées en 2011 et chaque enseignant est tenu de la respecter et de l’appliquer.

La législation concernant l’inclusion en milieu scolaire a été complétée par la loi du 29 août 2017 qui prévoit dans chaque lycée une « cellule d'inclusion scolaire » (CIS). Cette dernière est composée de membres de la Direction, du corps enseignant, du service ESEB (équipe de soutien des élèves à besoins éducatifs particuliers ou spécifiques), de la médecine scolaire, d’un Centre de compétences[1] et du SePAS (Service psycho-social et d’accompagnement scolaires). (cf. document annexé)

Du matériel spécialisé (aides visuelles, logiciels, …) ainsi que des ressources humaines peuvent être mis à la disposition des lycées. Celles-ci peuvent être fournies, par exemple, par les neuf centres de compétences. Les élèves peuvent profiter d’ « aménagements raisonnables » qui sont déterminés et, en cas de besoin, adaptés ou suspendus par le Directeur du lycée, sur proposition de la personne de référence (Art. 3 de la loi du 15 juillet 2011). 

Par « aménagements raisonnables », le législateur entend (Art. 4 de la loi du 15 juillet 2011) :

  • la dispense d’une partie des épreuves obligatoires prévues pour un trimestre ou semestre ;
  • le remplacement d'une partie des épreuves prévues par une seule épreuve de fin de trimestre ou semestre ;
  • la prise en considération, pour les résultats annuels, des résultats scolaires portant uniquement sur un ou deux trimestres ou sur un semestre.

ainsi que (Art. 5 de la loi du 15 juillet 2011) 

  1. une majoration du temps lors des épreuves et des projets intégrés[2] ;
  2. des pauses supplémentaires lors des épreuves ;
  3. l'étalement des épreuves de l’examen de fin d'études ou d’apprentissage sur deux sessions ;
  4. la délocalisation des épreuves hors de l’école, à domicile ou dans une institution spécialisée ;
  5. le recours à des aides technologiques et à des aides humaines, permettant de compenser les déficiences particulières ;
  6. le recours à un vérificateur orthographique ;
  7. pour les questionnaires et/ou la rédaction de la copie de l’élève, l’utilisation d'une langue véhiculaire, (l'allemand ou le français), autre que celle prévue par les programmes de l’enseignement secondaire technique ;
  8. des dispenses d’épreuves orales, pratiques, physiques ou d’un module ;
  9. le séjour temporaire, pour l'apprentissage de certaines matières ou pour toutes les matières, dans une classe autre que la classe d'attache ;
  10. l’examen médical avant l'accès à certaines formations ;
  11. le transfert du dossier à la Commission médico-psycho-pédagogique nationale.

Les certificats et les diplômes sont identiques pour tous les élèves ayant réussi les épreuves (Art. 15 de la loi du 15 juillet 2011). Les compléments aux diplômes, les compléments aux certificats et les bulletins portent la mention des aménagements raisonnables suivants (Art. 16 de la loi du 15 juillet 2011) : 

  • l'utilisation systématique d'un vérificateur orthographique ;
  • l'utilisation d'une langue véhiculaire, l'allemand ou le français, autre que celle prévue par les programmes ;
  • des dispenses d'épreuves orales, pratiques ou physiques ou d’un module ;
  • les aménagements concernant une branche fondamentale de la classe terminale ou le projet intégré final. 

Les enseignants ont la possibilité de suivre des formations spécifiques au sujet de l’encadrement des élèves à besoins éducatifs particuliers à l’Institut de formation de l’Education nationale.

La prise en charge au LTC et dans les classes du BI

Au sein du LTC, plusieurs services collaborent et sont à la disposition des élèves.

Au SePAS, les professeurs-orienteurs conseillent les élèves individuellement dans leurs projets d’études universitaires (choix des universités, démarches d’inscriptions, informations).  Les psychologues assurent une prise en charge psychologique en lien avec les difficultés et préoccupations exprimées par les élèves. Les assistants sociaux garantissent une prise en charge sociale. Ils accompagnent les élèves en détresse familiale et personnelle. Ils conseillent individuellement les élèves, leurs parents et les enseignants et assurent le suivi social des élèves. Ils gèrent les demandes d’aide financière et de bourses (p. ex. subsides scolaires, Bourse Léa Sinner) et accompagnent les élèves majeurs dans la recherche d’un logement. Ils travaillent en réseau avec des services spécialisés dans les domaines social, juridique, psychologique, médical et proposent toutes sortes d’actions de prévention en collaboration avec des services externes.  

Le SePAS sollicite l’équipe ESEB en cas de besoin. Les deux services se concertent et collaborent régulièrement. L’ESEB organise entre autres des cours d’appui pour élèves dyslexiques et ayant une dyscalculie tous les mardis après-midi.

La CIS, comme le prévoit la législation, se compose de plusieurs acteurs, à savoir d’un(e) président(e), d’un(e) secrétaire, de membres internes (équipe ESEB, SePAS et représentant(s) des enseignant(s)) et de membres externes. D’autres professionnels peuvent être ponctuellement invités.

Elle se réunit une à deux fois par trimestre. L’équipe ESEB établit la liste des élèves qui ont été signalés par les enseignants, les parents ou la direction et qui doivent passer par la CIS.

Les professionnels présents essaient de trouver la meilleure solution au cas de figure afin de parvenir à la meilleure adaptation pour l’élève. Selon le cas, la CIS transfère le dossier vers la CAR, la Commission nationale d’inclusion[3] (CNI) ou prend une décision sur base de l’article 3 et/ou de l’article 4 de la loi des aménagements raisonnables. L’équipe ESEB conseille les enseignants en ce qui concerne les décisions prises.

Les élèves et les enseignants sont informés de l’existence de ces services et n’hésitent pas à en profiter. Dans chaque conseil de classe et lors de chaque réunion avec les parents, un membre du SePAS est d’ailleurs présent afin de garantir une prise en charge rapide d’un élève nécessitant de l’aide.  

En cas de besoin (si « les conditions d’examen et les procédures d’évaluation normales risquent de porter préjudice aux candidats ou de les empêcher de montrer leurs compétences et leurs connaissances de manière adéquate » - Procédures d’évaluation du programme du diplôme), nous faisons les démarches nécessaires auprès de l’IB pour demander des aménagements raisonnables.

Dans notre lycée, en dehors des aménagements officiels, les personnes en situation de handicap reçoivent spontanément de l’aide de la part de tous les membres de la communauté scolaire. En effet, notre Charte scolaire proclame que notre lycée est « une école ouverte à chacun » et notre Code de Vie est basé sur le respect mutuel. Ces deux documents reflètent notre conviction que nous sommes tous co-responsables d’une politique et d’une culture de l’inclusion scolaire et rejoignent les engagements de la Déclaration sur la diversité, l’équité et l’inclusion de l’IB, dans le but de créer un monde meilleur et plus paisible. Ainsi, la diversité, l’équité et l’inclusion font partie intégrante de notre philosophie et nous faisons tout pour qu’une culture de l’égalité des chances soit garantie. Cela est tout particulièrement important dans notre lycée, étant donné que de nombreux jeunes de notre communauté scolaire ont dû ou doivent faire face, dans leur parcours, à des circonstances difficiles pouvant avoir un impact sur leurs apprentissages.

 

Date de la dernière révision : février 2023

 

Annexes :

1. Loi du 15 juillet 2011 visant l’accès aux qualifications scolaires et professionnelles des élèves à besoins éducatifs

Chapitre I. Champ d’application

Art. 1er. La présente loi s'applique à l'élève, appelé ci-après « élève à besoins éducatifs particuliers », de l'enseignement secondaire et secondaire technique et de la formation des adultes, présentant une déficience ou une incapacité particulière dont les répercussions l'empêchent de faire valoir lors des épreuves d'évaluation les compétences acquises et qui est telle que ces empêchements puissent être palliés par les aménagements raisonnables prévus par la présente loi.

Chapitre II. Les aménagements raisonnables

Art. 2. Les aménagements raisonnables peuvent porter sur l'enseignement en classe, les  tâches imposées à l'élève pendant les cours ou en dehors des cours, les épreuves d'évaluation en classe, les épreuves des examens de fin d'études ou de fin d’apprentissage et les projets intégrés.

Art. 3. Les aménagements raisonnables suivants sont décidés ou, en cas de besoin, adaptés ou suspendus par le directeur du lycée, sur proposition de la personne de référence :

1. l'aménagement de la salle de classe et/ou de la place de l’élève ;

2. une salle séparée pour les épreuves ;

3. une présentation adaptée des questionnaires.

Art. 4. Les aménagements raisonnables suivants sont décidés ou, en cas de besoin, adaptés ou suspendus par le conseil de classe, sur proposition de la personne de référence :

1. la dispense d’une partie des épreuves obligatoires prévues pour un trimestre ou semestre ;

2. le remplacement d'une partie des épreuves prévues par une seule épreuve de fin de trimestre ou semestre ;

3. la prise en considération, pour les résultats annuels, des résultats scolaires portant uniquement sur un ou deux trimestres ou sur un semestre.

Art. 5. Les aménagements raisonnables suivants sont décidés ou, en cas de besoin, adaptés ou suspendus, en sus de ceux définis aux articles 3 et 4, par la Commission des aménagements raisonnables, créée à l’article 6 :

1. une majoration du temps lors des épreuves et des projets intégrés ;

2. des pauses supplémentaires lors des épreuves ;

3. l'étalement des épreuves de l’examen de fin d'études ou de fin d’apprentissage sur deux sessions ;

4. la délocalisation des épreuves hors de l’école, à domicile ou dans une institution ;

5. le recours à des aides technologiques et à des aides humaines, permettant de compenser les déficiences particulières ;

6. le recours à un vérificateur orthographique ;

7. l’utilisation d'une langue véhiculaire, l'allemand ou le français, pour les questionnaires et/ou la rédaction de la copie de l’élève, autre que celle prévue par les programmes de l’enseignement secondaire technique ;

8. des dispenses d’épreuves orales, pratiques, physiques ou d’un module ;

9. le séjour temporaire, pour l'apprentissage de certaines matières ou pour toutes les matières, dans une classe autre que la classe d'attache ;

10. l’examen médical avant l'accès à certaines formations ;

11. le transfert du dossier à la Commission médico-psycho-pédagogique nationale.

Chapitre III. La Commission des aménagements raisonnables

Art. 6. Il est créé une Commission des aménagements raisonnables qui a les missions suivantes :

- décider, à la demande du directeur du lycée concerné, des aménagements raisonnables pour l'élève à besoins éducatifs particuliers dans le cadre de l'enseignement en classe et lors des épreuves d'évaluation ;

- en cas de besoin, adapter ou suspendre les aménagements raisonnables décidés ;

- conseiller le ministre ayant l’Éducation nationale et la Formation professionnelle dans ses attributions, nommé ci-après « le ministre », sur les mesures à prendre en faveur des élèves à besoins éducatifs particuliers ;

- aviser la demande du directeur du lycée concerné au ministre pour bénéficier d'un contingent de leçons ou d’une enveloppe financière supplémentaire pour l’encadrement d’un élève à besoins éducatifs particuliers.

Art. 7. La Commission des aménagements raisonnables se compose :

- du directeur du Centre de psychologie et d'orientation scolaires qui préside la commission ;

- d'un directeur d’un lycée ;

- d'un enseignant de l'enseignement secondaire ;

- d'un enseignant de l'enseignement secondaire technique ;

- d'un représentant du Service de l'Éducation différenciée ;

- d'un psychologue, membre d’un Service de psychologie et d'orientation scolaires ;

- d’un membre du Conseil supérieur des personnes handicapées.

Les membres de la Commission des aménagements raisonnables sont nommés par le ministre pour un terme renouvelable de trois ans. Le mandat de membre de la Commission des aménagements raisonnables est incompatible avec celui de membre de la Commission

médico-psycho-pédagogique nationale.

La Commission des aménagements raisonnables peut s’adjoindre, avec voix délibérative, le médecin agréé par le ministre de la Santé pour la réalisation de la médecine scolaire du lycée de l'élève concerné et un représentant du Service de la Formation professionnelle.

La personne de référence, le régent et d'autres experts externes sont invités, avec voix consultative, par la Commission des aménagements raisonnables. Le dossier de l’élève concerné est présenté par la personne de référence.

La commission est assistée pour les travaux de secrétariat par un agent du Ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle.

Les délibérations sont confidentielles.

Le fonctionnement et l'indemnisation de la Commission des aménagements raisonnables sont déterminés par règlement grand-ducal.

Chapitre IV. Procédure

Art. 8. La demande en vue de pouvoir bénéficier d'aménagements raisonnables est adressée au directeur du lycée par les parents ou par l'élève, par le régent, par un représentant du Service de psychologie et d’orientation scolaires, de la Commission des aménagements raisonnables ou de la Commission d’inclusion scolaire.

Art. 9. Dès réception de la demande d'aménagements raisonnables, le directeur nomme pour la prise en charge de l’élève à besoins éducatifs particuliers une personne de référence qui est soit un représentant du Service de psychologie et d’orientation scolaires, soit un membre du personnel du lycée.

Pendant toute la procédure, cette personne est l’interlocuteur de l’élève et de ses parents.

La personne de référence contacte les parents et l’élève concernés, demande leur accord écrit pour ce qui est de la saisie et du transfert des données de l’élève, les informe de la démarche préconisée et des mesures décidées dans l’intérêt de l’élève.

Art. 10. La personne de référence constitue un nouveau dossier ou, en cas de transfert d’un dossier par la Commission d’inclusion scolaire au Service de psychologie et d’orientation scolaires, ce dossier lui est confié et elle le complète.

Le dossier doit comprendre :

1. les rapports renseignant sur les facultés et sur la déficience ou l'incapacité, établis par des spécialistes ;

2. les rapports sur les contacts avec les parents de l'élève ;

3. les rapports des services ayant assuré une prise en charge de l’élève par le passé.

En cas de saisine de la Commission des aménagements raisonnables, appelée ci-après la commission, et, sur demande de son président, le dossier est complété par :

1. le bilan scolaire élaboré par le régent ;

2. le bilan psychologique établi par un psychologue du Service de psychologie et d’orientation scolaires.

Les parents ou l’élève sont invités à participer à une réunion de concertation préalable avec des membres de la commission.

Toutes les informations utiles à la prise en charge de l'élève peuvent être jointes au dossier.

Pendant la durée de la scolarisation dans l’enseignement post-primaire, ce dossier est géré par la personne de référence, qui en assure la confidentialité. Les parents et l’élève ont accès au dossier et aux informations y contenues.

En cas de changement d'établissement scolaire, le dossier est transféré à la personne de référence compétente.

À la fin de la scolarité, le dossier est remis aux parents ou à l’élève.

Art. 11. Sur proposition de la personne de référence et dans un délai de vingt jours, à partir du jour de l’obtention de l’accord des parents ou de l’élève prévu à l’article 9, le directeur

1. soit décide les aménagements raisonnables prévus à l'article 3 ;

2. soit saisit le conseil de classe, qui autorise le cas échéant les aménagements raisonnables prévus à l'article 4 ;

3. soit transmet la demande à la commission.

Une fois les aménagements raisonnables décidés, le directeur veille à leur mise en place ainsi qu’à leur exécution.

Art. 12. En cas de transmission de la demande à la commission, le président peut demander à des experts d'établir un bilan et de proposer des aménagements raisonnables.

Après consultation du dossier de l'élève, la commission conclut selon le cas à la nécessité d'aménagements raisonnables tels qu'énumérés à l’article 5. La commission prend sa décision dans le délai d’un mois à partir de sa saisine.

Le président informe par écrit le directeur et la personne de référence de la décision de la commission.

Art. 13. En cas de désaccord avec la décision du directeur, du conseil de classe ou de la commission, les parents ou l’élève peuvent s’adresser à la Commission médico-psychopédagogique nationale, qui prend sa décision dans le délai d’un mois à partir de sa saisine.

Chapitre V. Examens de fin d'études, de fin d'apprentissage et de projets intégrés

Art. 14. En cas d'aménagements raisonnables qui sont de nature à modifier la présentation de la copie du questionnaire ou les modalités d’une épreuve écrite, orale, pratique ou d’un projet intégré, le commissaire du Gouvernement informe les membres de la commission d'examen lors de la réunion préliminaire des aménagements raisonnables décidés en faveur des candidats concernés.

Sur proposition du commissaire du Gouvernement, le ministre peut nommer un expert comme membre effectif de la commission d'examen concernée.

Chapitre VI. Evaluation et certification

Art. 15. Les certificats et les diplômes sont identiques pour tous les élèves ayant réussi les épreuves.

Art. 16. Les compléments aux diplômes, les compléments aux certificats et les bulletins portent la mention des aménagements raisonnables suivants :

- l'utilisation systématique d'un vérificateur orthographique ;

- l'utilisation d'une langue véhiculaire, l'allemand ou le français, autre que celle prévue par les programmes ;

- des dispenses d'épreuves orales, pratiques ou physiques ou d’un module ;

- les aménagements concernant une branche fondamentale de la classe terminale ou le projet intégré final.

Chapitre VII. Formation continue

Art. 17. Le directeur du lycée veille à ce que tous les membres de la communauté scolaire soient informés du bien-fondé des aménagements raisonnables dont bénéficient certains élèves. Au besoin, il organise à cet effet des cours de sensibilisation pour les élèves et des formations continues pour les autres membres de la communauté scolaire en collaboration avec le Service de Coordination de la Recherche et de l'Innovation pédagogiques et technologiques.

Chapitre VIII. Dispositions modificatives et entrée en vigueur

Art. 18. L'article 3 de la loi modifiée du 14 mars 1973 portant création d'instituts et de services d'éducation différenciée est modifié comme suit :

Suite à l’énumération, au 5e alinéa, des membres de la Commission médico-psychopédagogique nationale, le bout de phrase « personnes auxquelles s´ajoutent l´inspecteur du ressort et le médecin scolaire concerné » est remplacé par : « personnes auxquelles s´ajoutent :

1. pour une délibération concernant un élève de l’enseignement fondamental : l´inspecteur du ressort et le médecin scolaire concerné

2. pour une délibération concernant un élève de l'enseignement secondaire ou de l'enseignement secondaire technique :

- un directeur de lycée,

- un représentant du Centre de psychologie et d'orientation scolaires,

- un représentant du ministre ayant l'Éducation nationale dans ses attributions.

Les membres sont nommés pour des mandats renouvelables de trois ans par le ministre. »

Art. 19. L’article 37, alinéa 3, de la loi modifiée du 25 juin 2004 portant organisation des lycées et lycées techniques est remplacé comme suit : « Suite à la demande de l’élève, du directeur du lycée ou de la Commission des aménagements raisonnables, l’élève peut être inscrit à un autre lycée si les capacités d’accueil de ce lycée le permettent ou si le lycée propose des aménagements raisonnables adaptés aux besoins particuliers de l’élève. »

Art. 20. Dans toute disposition légale ou réglementaire future, la référence à la présente loi pourra se faire sous une forme abrégée en utilisant les termes de « loi du 15 juillet 2011 visant l’accès aux qualifications scolaires et professionnelles des élèves à besoins éducatifs particuliers ».

Art. 21. La présente loi entre en vigueur à la rentrée scolaire 2011/12.

Mandons et ordonnons que la présente loi soit insérée au Mémorial pour être exécutée et observée par tous ceux que la chose concerne.

 

2. Loi du 29 août 2017 portant sur l’enseignement secondaire

Art. 14.

Les objectifs et les mesures de l’encadrement de l’élève dont les résultats scolaires risquent de compromettre la réussite en fin d’année scolaire

(1) Le directeur du lycée prend les mesures nécessaires pour que l’élève dont les résultats scolaires risquent de compromettre la réussite en fin d’année scolaire puisse :

1° soit réaliser les objectifs prévus par les programmes en bénéficiant de mesures d’appui ou d’aménagements raisonnables ;

2° soit réaliser une partie des objectifs prévus, par un plan individualisé permettant l’accès à certaines formations.

(2) L’appui peut être déclaré obligatoire par le conseil de classe. Le refus de réaliser les travaux et l’absence injustifiée aux cours et études surveillées imposés dans le cadre de l’appui obligatoire est passible des mêmes sanctions que l’absence non justifiée aux cours telles que prévues au règlement grand-ducal concernant les règles de conduite.

L’appui consiste en :

1° des mesures de remédiation ou d’approfondissement individualisées, organisées au lycée ; la participation à des cours de remédiation, de mise à niveau ou d’approfondissement ;

3° la participation à des cours de méthodes d’apprentissage ;

4° des études surveillées au lycée ;

5° des travaux à réaliser à domicile.

Le conseil de classe peut autoriser l’élève à remplacer l’appui obligatoire par des activités pédagogiques extrascolaires.

(3) L’appui facultatif est une offre qui peut consister en :

1° la participation à des cours de répétition, de mise à niveau ou d’approfondissement ;

2° l’inscription à des études surveillées.

L’élève qui ne réalise pas les travaux qui lui sont indiqués et qui s’absente de manière injustifiée des cours et études auxquels il s’est inscrit, peut être exclu de l’appui facultatif.

(4) Un élève des classes supérieures peut être chargé, à sa demande, par le directeur de mesures d’appui scolaire et personnel en tant que parrain d’un élève des classes inférieures ou de la classe de 4e.

Le directeur désigne un enseignant appelé à superviser le parrainage.

Cette mesure d’appui de la part d’un élève parrain est inscrite à son bulletin et le complément au diplôme de fin d’études secondaires si le conseil de classe, ou la commission d’examen sur proposition du conseil de classe, le décide.

(5) Un règlement grand-ducal précise l’offre de mesures d’appui scolaire.

 Art. 14bis. La commission d’inclusion scolaire de l’enseignement secondaire

(1) Il est créé dans chaque lycée une commission d’inclusion scolaire de l’enseignement secondaire, comprenant les membres suivants, nommés par le ministre :

1° un membre de la direction, proposé par le directeur ;

2° un psychologue du lycée ;

3° un membre du personnel enseignant ou socio-éducatif du lycée comme secrétaire ;

4° un assistant social du lycée ou, à défaut, un membre du service psycho-social et d’accompagnement scolaires ;

5° le médecin scolaire ou son délégué, nommé sur proposition du ministre ayant la Santé dans ses attributions ;

6° deux enseignants nommés sur proposition du directeur du lycée ;

7° un représentant de l’Éducation différenciée.

Le ministre charge le membre de la direction de la présidence.

Le président peut inviter un ou plusieurs experts à assister à ses séances.

(2) La mission de la commission d’inclusion scolaire de l’enseignement secondaire est de définir, soit à la demande des parents, soit à la demande du directeur, la prise en charge d’enfants ou de jeunes à besoins éducatifs spécifiques.

La commission d’inclusion scolaire de l’enseignement secondaire fait élaborer un dossier personnel pour l’élève concerné. Le directeur désigne à cet effet une personne de référence responsable du suivi du dossier. Le cas échéant, elle obtient le dossier personnel élaboré par la commission d’inclusion de l’enseignement fondamental et le complète.

Ce dossier comporte au moins l’évaluation des besoins de l’élève. La commission d’inclusion scolaire de l’enseignement secondaire du lycée définit ou adapte les aides proposées à l’élève ou le plan de formation individualisé. Les mesures proposées peuvent concerner l’appui scolaire et le soutien sur le plan personnel, relationnel et social.

Si elle l’estime nécessaire, la commission d’inclusion scolaire de l’enseignement secondaire du lycée saisit la commission médico-psycho-pédagogique nationale et apporte les compléments au dossier selon l’avis de la commission médico-psycho-pédagogique nationale.

Elle conseille le directeur dans la mise en oeuvre des aménagements raisonnables et propose, le cas échéant, la saisine de la commission des aménagements raisonnables instituée par la loi modifiée du 15 juillet 2011 visant l’accès aux qualifications scolaires et professionnelles des élèves à besoins éducatifs particuliers.

Elle supervise la mise en place des mesures d’’accompagnement des enfants ou jeunes à besoins éducatifs spécifiques.

(3) Pour chaque élève orienté vers la voie de préparation sans avoir passé deux années au quatrième cycle de l’école fondamentale, le directeur ou un membre de la direction délégué par le directeur invite le régent de l’élève et le titulaire de l’enseignement fondamental concerné à une réunion. Si les parents le souhaitent, un psychologue du lycée assiste à la réunion et, le cas échéant, soumet l’élève à des tests afin d’établir ou de préciser ses besoins éducatifs spécifiques.

Cette réunion a lieu au premier trimestre de la scolarisation de l’élève au lycée. Le directeur ou un membre de la direction désigné comme délégué y obtient les informations utiles concernant l’élève et peut décider de saisir la commission d’inclusion de l’enseignement secondaire du lycée.

Art. 14ter. Le plan de formation individualisé

Si la commission d’inclusion scolaire de l’enseignement secondaire du lycée constate que l’élève ne peut pas suivre le rythme scolaire nécessaire dans sa voie de formation malgré l’encadrement et l’appui, elle propose un plan de formation individualisé.

L’objectif du plan de formation individualisé est d’identifier les disciplines et compétences qui correspondent aux capacités de l’élève.

Une réorientation partielle ou totale vers d’autres voies de formation ou des classes spécialisées peut faire partie du plan de formation individualisé. Le plan de formation individualisé est adopté, de commun accord, entre la commission d’inclusion de l’enseignement secondaire et les parents.

 

[1] Les Centres de compétences en psycho-pédagogie spécialisée s’adressent aux élèves à besoins spécifiques et à leurs parents qui souhaitent bénéficier de prestations spécialisées, en complément des prestations qui sont offertes par l’enseignement fondamental ou l’enseignement secondaire.

[2] pouvant aller jusqu’à 30 % pour les examens nationaux

[3] La Commission nationale d’inclusion (CNI) se compose de représentants du Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, du Ministère de la Santé et du Ministère de la Famille. Elle comprend également des représentants de l’Office nationale de l’enfance, des différents Centres de compétences et du comité des parents concerné ainsi que le directeur du Centre compétent et le personnel de son unité de diagnostic, un psychologue, un assistant social, un médecin spécialiste en psychiatrie infantile ou en pédiatrie.

L’intégrité en milieu scolaire joue un grand rôle dans la politique de l’évaluation nationale. La législation luxembourgeoise exige que toute tentative de fraude soit sanctionnée : 

Pendant la durée d’un devoir, l’enseignant ou le surveillant exerce une stricte surveillance pour éviter toute fraude.  

Lorsqu’une fraude est constatée, l’enseignant peut décider, en jugeant l’avantage illicite que le fraudeur s’est procuré, de coter une partie du devoir à 01 point ou le devoir entier à 01 point.  

Toute fraude entraîne des sanctions disciplinaires prévues par le règlement de discipline en vigueur. 

(Instruction ministérielle du 6 juin 2008)

Par ailleurs, la nouvelle loi portant sur l’enseignement secondaire qui est entrée en vigueur le 28 août 2017 ajoute la falsification de documents au catalogue des délits susceptibles d’entraîner le renvoi définitif de l’élève :  

Art. 43. La mesure disciplinaire du renvoi

Le conseil de discipline peut prononcer la sanction du renvoi à l’encontre d’un élève. Au cas où le conseil de discipline ne prononcerait pas le renvoi, il peut décider une des mesures éducatives prévues à l’article 42. Lors de cette décision, il est tenu compte de la gravité du manquement, de l’âge de l’élève, de sa maturité, de son comportement général ainsi que, le cas échéant, de la récidive des faits reprochés.

Le conseil de discipline peut prononcer la sanction du renvoi pour les faits suivants :

…..

10° le faux en écriture, la falsification de documents ;

……

La décision du conseil de discipline est motivée et arrêtée par écrit. Elle est notifiée à l’élève majeur ou aux parents de l’élève mineur ainsi que, le cas échéant, au patron formateur et aux chambres professionnelles concernées, par lettre recommandée. La décision du renvoi mentionne les voies de recours.

MÉMORIAL A - 789 du 5 septembre 2017

Dans les classes internationales, à côté de la loi luxembourgeoise, nous adhérons aussi aux directives de l’IB :

  • « L’IB définit la mauvaise conduite comme un comportement (qu’il soit délibéré ou fortuit) procurant ou susceptible de procurer un avantage déloyal au candidat qui l’adopte ou à tout autre candidat dans une ou plusieurs composantes d’évaluation. Un comportement susceptible de porter préjudice à un autre candidat est également considéré comme un cas de mauvaise conduite. » (Politique d’intégrité intellectuelle)
  • L’IB définit le plagiat de la façon suivante : « le candidat présente, intentionnellement ou non, les idées, les propos ou le travail d’une autre personne sans mentionner correctement, clairement et explicitement les sources correspondantes » (Règlement général du Programme du diplôme)
  • L’IB envisage aussi différentes catégories de mauvaise conduite des élèves : « Les élèves de l’IB peuvent se livrer à des actes considérés comme une mauvaise conduite à différents moments du cycle d’évaluation, et ces actes peuvent avoir des répercussions sur la réalisation des travaux dans le cadre du cours ou sur les examens eux-mêmes. » Parmi ces catégories figurent les travaux réalisés dans le cadre du cours et les examens écrits et sur ordinateur. Par ailleurs, des sanctions sont prévues également dans le cas d’un comportement perturbateur lors d’une épreuve d’examen ou d’un comportement menaçant l’intégrité d’un examen. (Politique d’intégrité intellectuelle)

L’intégrité étant une de nos valeurs de base, nous réagissons depuis les classes inférieures à toute fraude et tout plagiat. Par ailleurs, les notions de « plagiat », d’« intégrité intellectuelle » ainsi que ces principes fondamentaux (« l’honnêteté, la confiance, l’équité, le respect et la responsabilité ») sont expliqués aux élèves à maintes reprises. Cela est le cas pour tous les élèves de l’école – ceux intégrant le système luxembourgeois et ceux fréquentant les classes internationales. Pour ces derniers, l’importance accordée à l’intégrité intellectuelle est d’autant plus importante que les élèves font plus de travaux de recherche que dans les autres classes. En début d’année, le profil de l’apprenant leur est aussi distribué et expliqué et une version est affichée en classe. Les élèves savent donc très bien que chaque tentative de tricherie est sévèrement punie et ils sont très bien informés de toutes les consignes en ce qui concerne l’intégrité intellectuelle. 

Les enseignants et les superviseurs des mémoires connaissent les directives en matière d’intégrité intellectuelle et leurs responsabilités y relatives. Grâce à leur expérience, ils développent leur stratégie pour dénicher d’éventuelles tentatives de malhonnêteté et pour motiver les élèves à fournir des travaux authentiques. 

Chaque année en 2e, d’autres actions en lien avec l’intégrité sont organisées. Ainsi, les élèves ont un cours où une enseignante leur montre comment faire des références et explique les techniques correctes y relatives. A cette occasion, elle leur fournit le document de l’IB « Savoir citer et référencer ses sources » et les met encore une fois en garde contre toutes les possibilités de fraude. Une visite de la Bibliothèque Nationale du Luxembourg (BNL) est également organisée. Son fonctionnement est alors montré aux élèves et le/la responsable de la visite insiste également sur le nécessité de mentionner correctement les sources dans la bibliographie et les notes de bas de page.

Exemples de cas de mauvaise conduite constatés :

  • tentatives de fraude :
    • lors d’un examen oral individuel (session de mai 2021)
    • lors de devoirs en classe écrits
  • plagiat :
    • pour un exposé à faire en classe
    • pour un TP en biologie

A chaque fois, les enseignants réagissent en menant une enquête et en sanctionnant l’élève selon la gravité de l’irrégularité. Si cela est nécessaire, l’IB est contacté.

Par mesure de précaution, la plupart des enseignants exigent que les élèves remettent tous leurs appareils connectés avant chaque évaluation sommative.

Date de la dernière révision : janvier 2023

Généralités

Dans l’école publique luxembourgeoise, l’évaluation des élèves fait bien évidemment partie intégrante du processus de formation et est réglée par la loi (Règlement grand-ducal du 14 juillet 2005, modifié à plusieurs reprises). Nos notes vont de 01 à 60 points ; pour avoir une note suffisante, l'élève doit totaliser 30 points. 

Le passage d’une classe à la classe suivante se fait d’après des critères de promotion rigoureux et clairement définis. Un élève peut réussir, réussir avec compensation s’il a atteint une certaine moyenne et remplit certaines conditions clairement définies, être ajourné (sous certaines conditions) ou échouer. En cas d’échec, il peut être autorisé à redoubler sa classe (sous certaines conditions) ou être orienté vers une voie pédagogique plus adaptée. En cas d’ajournements, l’élève n’est promu à la classe suivante que sous condition d’avoir réussi tous les ajournements. Lors d'un redoublement, un élève doit refaire toutes les matières et ne peut pas bénéficier de ses résultats de la première année dans l'une ou l'autre matière.  

L’évaluation est formative, formatrice et sommative : 

L’évaluation formative renseigne l’enseignant et l’élève sur les apprentissages réalisés et le degré d’atteinte des objectifs fixés. 

L’évaluation formatrice permet à l’élève de s’autoévaluer et de réguler ses apprentissages. 

L’évaluation sommative contrôle le savoir, le savoir-faire et le savoir-être enseignés suivant le programme en vigueur. Elle sert de référence aux notes de bulletin et aux décisions de promotion. (…) 

(Instruction ministérielle du 6 juin 2008 sur l’évaluation des élèves)

L’organisation, le nombre, la forme, le contenu et les critères de correction des devoirs sont clairement définis par la Commission Nationale des Programmes existant pour chaque matière. 

Dans nos classes internationales, les compétences des élèves sont évaluées à travers différents types d’épreuves (devoirs en classe, contrôles, travaux en classe, devoirs à domicile, présentations, projets …) et cela à l’écrit et à l’oral. Comme nous encourageons le développement des compétences permettant aux élèves de répondre aux exigences des différentes tâches et épreuves d’examen, nous alignons progressivement, dès la 4e (1re année de préparation), le type d’épreuves à celui des épreuves d’examen. Les critères d’évaluation de l’IBO jouent un rôle important dès la 4e aussi, et au cours des deux années du Programme du diplôme, nos enseignants évaluent les productions des élèves selon ces critères. Il est évident que les candidats connaissent ces critères et que cela leur permet d’approfondir leur apprentissage et d’atteindre les objectifs. Dans cette même logique, les enseignants veillent à annoter les copies des élèves pour les informer sur leurs difficultés et leur progrès.

Les enseignants du Programme du diplôme se réfèrent aux critères d’évaluation officiels aussi dans un souci d’équité et de cohérence. Régulièrement, les enseignants d’une même matière évaluent en parallèle des productions d’élèves et ont un échange sur les critères d’évaluation. Les travaux d’élèves évalués que l’on peut trouver sur le Centre pédagogique en ligne constituent une bonne ressource, à côté des travaux de nos élèves. Nous encourageons aussi les enseignants à suivre les formations qui sont régulièrement offertes par l’IBO au sujet de l’évaluation des différentes composantes d’une matière, afin de garantir la fiabilité des notes.

Les enseignants d’une même matière se consultent également afin d’assurer la validité des notes pour les travaux évalués en interne. Selon la matière et le nombre d’élèves, ils s’échangent un échantillonnage ou évaluent ensemble toutes les productions, pour comparer leur notation et s’assurer que des normes cohérentes soient appliquées dans le cadre de l’évaluation interne.

Pour permettre aux élèves de se préparer de façon optimale aux différentes épreuves, le programme à réviser leur est communiqué en temps utile et au plus tard une semaine avant l’épreuve. Dans le souci d’équilibrer – dans la mesure du possible – la répartition de toutes les tâches à accomplir par les élèves, nous établissons pour chacune des deux années du Programme du diplôme un échéancier reprenant les dates à respecter.

La promotion dans nos classes internationales

Nos classes préparatoires (4e et 3e) ne sont pas des classes du BI proprement dit et tombent – en ce qui concerne l’évaluation et la promotion – entièrement sous la législation luxembourgeoise, bien que les programmes diffèrent de ceux des 4e et 3e du système scolaire luxembourgeois.  

Le RGD du 9 mai 2008 détermine la promotion des élèves de ces classes : 

En classe de 4e et en classe de 3e, l’évaluation et la promotion des élèves se font conformément à la réglementation en vigueur à l’enseignement secondaire, à l’exception de la détermination des branches fondamentales (ne pouvant pas être compensées), qui sont la langue française et la langue anglaise. (Art. 6) 

Pour les classes de 2e (1re année du Programme du diplôme) et de 1re (2e année), la situation est complexe, parce que ces classes sont organisées dans un lycée public et tombent à la fois sous la législation luxembourgeoise et sous les directives de l’IBO.  

Pour ces classes, nous encadrons nos élèves dans la préparation de leurs tâches relatives aux évaluations interne et externe, et nous les préparons aux examens finaux. Nous appliquons les critères du BI tout en gardant la notation luxembourgeoise (sur 60) qui est la norme pour les bulletins scolaires. Nous les informons bien évidemment sur le système de notation (sur 7) de l’IBO.  

Au 3e trimestre de la première année, nous organisons un bac blanc selon le modèle des examens finaux et les résultats du bac blanc constituent la note du 3e trimestre, donc 1/3 de la note annuelle des élèves.  

Selon l’article 6 du RGD du 9 mai 2008, les conditions de passage de la classe de 2e à la classe de 1re peuvent être déterminées par règlement interne pris par l'établissement scolaire.

Nous avons décidé de ne pas organiser des travaux de vacances (ajournements) à la fin de la classe de 2e, parce que les élèves sont censés préparer leur mémoire et de travailler aux différentes tâches plutôt que de retravailler une matière non encore acquise pendant les vacances d’été.

Nos critères de promotion en 2e sont en accord avec les exigences de l’IBO aux examens finaux.  La pondération entre les NS et les NM est identique à celle des exigences du Programme du Diplôme, et le système de compensation s’y aligne également.  

Le document suivant est partagé avec les élèves au début de la 1re année du Programme du diplôme :

Passage 2BI-FR 1BI-FR : Critères de promotion

Un élève est admis en classe de 1re :

  • si toutes ses notes obtenues en classe de 2e sont suffisantes
  • avec une moyenne générale ≥ 38 points, une moyenne des notes obtenues dans les NS ≥ 38 et une moyenne des notes obtenues dans les NM ≥ 30 points
  • s’il est en mesure de compenser toutes ses notes annuelles insuffisantes.

L’élève peut compenser tout au plus 2 notes annuelles ≥ 20 points sous les conditions suivantes : 

1)      Moyenne générale ≥ 38 :

2 notes ≥ 20 si la moyenne des notes obtenues dans les  NS ≥ 36

2)      Moyenne générale ≥ 36 :

2 notes ≥ 20 si la moyenne des notes obtenues dans les  NS ≥ 38

3)      Moyenne générale ≥ 36 : 1 note ≥ 20 au NS respectivement 2 notes ≥ 20 au NM si la moyenne des notes obtenues dans les  NS ≥ 36

4)      Moyenne générale ≥ 36 :

1 note ≥ 20 points au NM et 1 note ≥ 20 points dans une branche ne faisant pas partie de l’examen respectivement 2 notes ≥ 20 points dans les branches ne faisant pas partie de l’examen

Un élève échoue en classe de 2e dans tous les autres cas de figure. 

Il n’y a pas de possibilité d’ajournement.

                                  Résumé du système de compensation :

Moyenne générale

Moyenne des notes NS  

Compensation

≥ 38 

≥ 36

2 notes  ≥ 20

≥ 36

≥ 38

2 notes  ≥ 20

≥ 36

≥ 36

1 note NS ≥ 20 ou 2 notes NM ≥ 20

≥ 36

 

a)      1 note ≥ 20 NM et 1 note ≥ 20 dans une branche ne faisant pas partie de l’examen

      respectivement

b)      2 notes ≥ 20 points dans des branches ne faisant pas partie de l’examen

 

Date de la dernière révision : novembre 2022

Admission en classe de 4e 

Pour pouvoir accéder en classe de 4I-FR (1re année de préparation), les conditions d’admission sont fixées par la législation luxembourgeoise, de même que pour les autres classes de l’enseignement traditionnel.

Les conditions d’admission sont les suivantes :

  • Tout d’abord, les candidats intéressés doivent passer un test d’admission en français.
  • De plus, ils doivent avoir réussi les classes 5C ou 5I (enseignement classique ou international).
  • Pour les élèves ayant réussi une 5G (enseignement général), la classe doit être réussie au niveau globalement avancé avec des cours avancés en français, anglais et mathématiques (avec deux notes annuelles imputées au niveau d’excellence et une note annuelle imputée au niveau fort).
  • Les candidats en provenance de l’étranger doivent s’adresser à la Cellule d’Accueil Scolaire pour Elèves Nouveaux Arrivants (CASNA) du Ministère de l’Education Nationale qui se charge d’examiner les dossiers et de voir quels élèves sont admissibles. Ces derniers sont alors testés en français, mathématiques et anglais.

Admission en classe de 3e

Le passage en classe de 3e se fait selon les critères de promotion en vigueur au Grand-Duché de Luxembourg.

Admission en classe de 2e

Les élèves de nos classes de 3e et de 4e doivent réussir leur année pour être admis au Programme du diplôme. Ils sont conseillés par la coordinatrice, nos enseignants, nos professeurs-orienteurs et nos psychologues pour composer leur programme d’études.

Les élèves d’autres lycées luxembourgeois sont admis sur dossier après des entretiens avec la coordinatrice, des enseignants, des professeurs-orienteurs et après avoir passé des tests d’admission organisés par nos soins.

Les élèves en provenance de lycées étrangers doivent prendre contact avec la CASNA du Ministère de l’Education Nationale qui organise des tests d’admission établis et corrigés par nos professeurs. En parallèle, ils sont conseillés par la coordinatrice, des enseignants et des professeurs-orienteurs sur la composition de leur programme d’études et en fonction de leur scolarité.

Admission en classe de 1re

Le passage de 2e en 1re se fait selon des critères de promotion qui sont alignés sur les exigences fixées par l’IB menant à l’octroi du diplôme. Il est possible de compenser jusqu’à deux notes annuelles insuffisantes. Dans notre système de compensation, la moyenne des notes obtenues dans les NS est aussi importante que la moyenne générale (voir politique d’évaluation).

Remarques supplémentaires

Les conditions d’admission sont communiquées et expliquées aux jeunes et sont publiées sur notre site. Nous accordons un grand poids à l’entretien préalable pour connaître le parcours scolaire des candidats.

Nos élèves de 5e (qui doivent faire un choix après les 3 premières années de l’enseignement secondaire) sont bien conseillés (séances d’information, témoignages d’anciens élèves, vidéos explicatives …). Il nous importe également de mettre les élèves en provenance d’autres lycées en contact avec des élèves de notre lycée avant la rentrée, p.ex. lors de la Porte Ouverte.

Après la création du BI, de nouvelles sections ont été créées dans notre lycée dans le régime général, notamment les sections « sciences naturelles » et « sciences sociales » qui ont beaucoup d'attrait pour les élèves. Il est essentiel de bien leur expliquer les différences entre ces sections et le BI, surtout en vue du choix de leurs études postsecondaires.

Date de la dernière révision : novembre 2022

Philosophie

  • Défendre le rôle central des langues en général et de la langue véhiculaire en particulier dans l’éducation des jeunes, clé qui mène vers un esprit et une ouverture interculturels
  • Donner aux élèves (quasi exclusivement des migrants) les meilleures chances de réussite en leur offrant un enseignement en langues leur permettant de progresser et de décrocher un diplôme reconnu au Luxembourg et à l’étranger, tout en respectant la législation nationale
  • Faire tous les efforts nécessaires pour aider les élèves dans l’apprentissage respectivement le perfectionnement des langues
  • Impliquer, dans la mesure du possible, les parents dans le développement langagier de leur enfant en soulignant l’intérêt de la langue maternelle et la nécessité d’apprendre ou de perfectionner des langues étrangères
  • Informer les parents sur l’importance des connaissances linguistiques qui constituent un atout pour faciliter l’apprentissage à tous les niveaux
  • Etre conscient que la langue véhiculaire demeure pour la plupart de nos élèves une langue étrangère et aider les élèves à perfectionner leurs connaissances linguistiques : Tout professeur est aussi un professeur de langue !
  • Dans un lycée de plus de 80 nationalités, respecter et valoriser la langue maternelle (ainsi que la richesse socioculturelle de celle-ci) de chacun de nos élèves à travers différentes activités, dans un climat de tolérance mutuelle
  • Encourager les élèves à s’initier au luxembourgeois afin de favoriser la compréhension interculturelle, la promotion du dialogue et l’intégration dans le pays où un grand nombre d’entre eux comptent faire leur vie

Mise en œuvre

Langues offertes

  • langue véhiculaire de tous les cours, à l’exception de l’anglais et de l’allemand : français
  • première langue : français langue A, littérature, NS et NM (groupe 1)
  • deuxième langue : anglais langue B, NS (groupe 2)
             Test d’admission en français pour être inscrit en 1re année préparatoire
             Test d’admission en français et en anglais pour les élèves qui nous rejoignent après la 1re année préparatoire
      • troisième langue : allemand langue B, NM (groupe 6)
          • Connaissances d’allemand requises au Luxembourg pour l’homologation du diplôme : 4 années d’apprentissage ou attestation officielle du niveau A2 déterminé par le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL)

  (Les élèves n’ayant pas de connaissances d’allemand l’apprennent d’office ab initio depuis la 1re année préparatoire, ceux qui connaissent déjà l’allemand suivent les cours à un niveau plus élevé.)

      • Depuis la rentrée 2022, l’allemand n’est plus imposé mais fortement recommandé aux élèves. Certains élèves savent qu’ils voudront s’installer à l’étranger plutôt qu’au Luxembourg et qu’ils ne voudront pas poursuivre d’études universitaires au Luxembourg (pour lesquelles une homologation de leur diplôme est obligatoire). Afin de permettre à ces élèves de se focaliser sur d’autres matières, l’allemand n’est plus obligatoire. Les élèves peuvent ainsi choisir les Arts Visuels ou une deuxième matière dans les groupes 3 et 4 au lieu de l’allemand sans avoir à fournir une preuve certifiant qu’ils ont suivi un cursus de 4 années d’allemand au moins ou une attestation officielle du niveau A2 CECRL.
      • Les élèves qui ne veulent pas choisir l’allemand comme matière d’examen et qui veulent pouvoir fournir une attestation officielle d’un niveau A2 (en vue de l’homologation de leur diplôme au Luxembourg) ont la possibilité de suivre un cours d’allemand les préparant à cette épreuve.

Compétences évaluées

  • À l’écrit : expression et compréhension
  • À l’oral : expression et compréhension

Encadrement

  • Créer un espace propice à l’apprentissage des langues, où les élèves disposent des ressources dont ils ont besoin et où ils peuvent demander conseil
  • Mettre en place des situations d’apprentissage positives afin d’encourager la confiance en soi des élèves
  • Mettre à disposition des élèves des applications et outils (p.ex. tablettes) adéquats pour faciliter l’apprentissage des langues, tant à l’écrit qu’à l’oral
  • Familiariser les élèves avec différentes stratégies d’apprentissage
  • Varier les tâches/activités et encourager l’esprit d’initiative et l’autonomie afin de stimuler la motivation des élèves
  • Travailler en étroite collaboration avec le Centre de Documentation et d'Information du lycée
  • Veiller à une utilisation correcte de la langue dans tous les cours
  • Encourager les élèves à se familiariser avec les termes spécifiques à chaque matière et à enrichir leur vocabulaire, afin de leur permettre d’avoir le bagage linguistique nécessaire pour exprimer leurs idées dans un raisonnement cohérent et nuancé
  • Insister sur la nécessité de mettre l’apprentissage d’une langue en général et du vocabulaire en particulier en relation avec un contexte spécifique
  • Favoriser la progression des élèves en les renseignant sur leurs progrès et/ou les éléments à améliorer grâce à l’évaluation formative
  • Prévoir, si nécessaire, des possibilités de remédiation en organisant des cours d’appui, des travaux dirigés ou même des leçons particulières entre élèves
  • Encourager les élèves à apprendre d’autres langues respectivement à s’y perfectionner (luxembourgeois et langue maternelle incluses) lors d’activités CAS et d’activités parascolaires
  • Pousser les élèves à réfléchir sur l’utilisation de la langue et la transmission de connaissances, notamment dans le cours de TdC
  • Prévoir, dans le cas de déficiences particulières, des aménagements raisonnables et le recours à certaines aides permettant de compenser ces déficiences

Evolution et communication

  • Aborder régulièrement notre politique linguistique dans les réunions pour voir si des adaptations sont nécessaires
  • Attirer l’attention des professeurs qui rejoignent le groupe sur le rôle que joue notre politique linguistique et leurs responsabilités y relatives 
  • Rendre visible notre politique linguistique en la publiant sur notre site internet et notre plate-forme d’échange (Teams)

 

Date de la dernière révision : novembre 2022

Like us on Facebook

Liens utiles

 

SOSiPADeduroam icon64ereservation icon64webuntis icon64Outil doriantation classes francophones 64restopolis logoofficeonlineFE icon64PDS 64ib world school logo 2 colourcre8ivebox logo 124ICON500

Événements au LTC

27 Avr
Porte ouverte LTC
Date 27.04.2024 09:00 - 13:00
4 Mai
LTC Laf
04.05.2024 09:30 - 14:00

aujourd'hui ou prochainement

22 Avr
Excursion - Hamburg - 5C-FR1
22.04.2024 - 26.04.2024
25 Avr
27 Avr
Porte ouverte LTC
27.04.2024 09:00 - 13:00
2 Mai
Excursion - 2BI-FR-AF1/2BI-FR-F2
02.05.2024 - 03.05.2024
4 Mai
LTC Laf
04.05.2024 09:30 - 14:00

unesco

Projet Voltaire

106, avenue Pasteur
L-2309 Luxembourg - Limpertsberg

Tel.: (+352) 47 38 11 - 1
Fax: (+352) 47 38 11 - 333

Contactez-nous par email

6, rue Coudenhove - Kalergi
L-1359 Luxembourg - Kirchberg

Tel.: (+352) 43 43 32 - 1
Fax: (+352) 43 43 32 - 333